Blog
L’intelligence artificielle au service des ressources humaines

Partager

Intelligence artificielle et intelligence humaine : trouver le bon curseur !


L’intelligence artificielle (IA) est une source d’opportunités pouvant engendrer énormément de danger si elle est mal maîtrisée, mais son émergence préface une évolution de bon nombre de métiers.
Comme disait HAWKING, « L’IA pourrait être le plus important évènement de l’histoire de notre civilisation. Nous passons beaucoup de temps à étudier l’histoire de la stupidité. L’étude de futur de l’intelligence est un changement bienvenu ».


La machine surpasse l’homme dans sa capacité à digérer les informations. Appliquer au monde de l’entreprise l’IA s’avère être une clef au renouvellement. Quatre objectifs lui sont accordés :

  • ● Au niveau économique, l’IA permet un développement de marché, de production intellectuelle, du service et de la transformation.
  • ● Au niveau social elle détruira plusieurs emplois pour en recréer d’autres. Elle aura également un impact sur le contenu des métiers et l’organisation.
  • ● Du point de vue éthique beaucoup de questions restent en suspens, quels problèmes apportera la maîtrise de l’IA ?
  • ● Enfin concernant la sécurité il paraît évident que se prémunir face au système de piratage est une préoccupation majeure.


Pourquoi nous intéresser à ce genre de système ? L’IA permettrait la suppression de tâches chronophage apportant peu de valeur ajoutée. Par exemple dans le secteur des ressources humaines, l’utilisation des chabots remplaçant les conseillers afin de répondre à des requêtes sociales assez récurrentes et pour lesquelles le passage à l’humain se fait dès qu’une complication se présente. L’IA peut également être utilisée lors des recrutements pour lesquels les recruteurs sont menés à utiliser des Big Data. En effet, des algorithmes créés permettront d’extraire le maximum d’informations, de façon sémantique afin d’affiner les recherches selon des critères plus précis. Cette robotisation concerne tous types d’activités. Le manager ou DRH se doit de se renseigner et d’anticiper la mise en place de ce système qui peut lui apporter beaucoup…


Cependant, le défi posé à la fonction RH est de trouver le juste équilibre entre intelligence artificielle et humaine. L’humain s’est développé de manière très lente et progressive. A contrario l’IA évolue de manière exponentielle. Il est important de se rendre compte que cela avance plus vite que nous le pensions et que nous ne nous rendons pas compte de ce qui nous attend. Dans Sciences et Médecine, il est cité « quasiment aucune activité humaine ne résistera à l‘IA ». Alors, jusqu’où tirer parti des potentialités pour gagner en efficacité et obtenir un service RH amélioré ? Quelle gestion du changement dans un monde exponentiel ?


Il faut se familiariser au danger pour savoir le maîtriser. L’arrivée de l’IA au service des RH peut être une révolution technologique de grande ampleur. Cependant l’intelligence artificielle ne remplacera jamais ce qui se passe durant un entretien : le capital émotion ! Le feeling et l’envie de collaborer ne se transmettront que par l’humain et cet aspect reste encore le plus important. C’est pourquoi Thierry Magnin précise, « penser l’humain au temps de l’homme augmenté ». Le but unique de l’IA est d’apporter de la valeur ajoutée là où l’expertise et le lien humain sont les plus utiles.


Ainsi cette évolution amène à se poser de questions : FAUT-IL METTRE UN FREIN ou IMPOSER DES LIMITES AU PROGRÈS ?
Le secteur de ressources humaines n’est pas le seul à être touché. Si l’on prend en compte le monde du numérique, les développeurs web sont menacés. Noël Paganelli — cofondateur de la capsule — nous dit « La technique en général et le langage en particulier ne seront jamais une barrière pour l’intelligence artificielle. Ou en tout cas, rien de plus qu’un léger frein. L’IA pourra toujours s’adapter et apprendre pour être un point d’appui pour le développeur, voire pour coder des pans entiers de sites, d’applications ou de services à sa place. Par contre, la grande barrière que l’IA aura plus de mal à franchir, c’est justement celle des idées et des besoins. »


Deux visions diamétralement opposées… entre danger et potentiel progrès, de quel côté se tourner ?

comments powered by Disqus